Familles d'Aujourd'hui

Retrouvez nous sur notre tout nouveau site web entièrement refait au www.famillesdaujourdhui.com
Pour plus de contenu à jour et une meilleure experience, autant sur votre navigateur que sur votre appareil mobile!

 
 
   
 
> Accueil
> Adresses utiles
> Concours
> Experts
> Familles reporters
> Fiches pratiques
> Guide Bébé 2012
> Le réseau FDA
> Famille a bord
> Maison 100% famille
> Programmes
> Recettes
> Sécurité
> Trucs & conseils
 
Familles d'Aujourd'hui vous est offert avec l'aide de ses partenaires
Cet objet nécessite un plugin pour être lu ou le fichier n'est pas accessible.
Vous pouvez tenter d'ouvrir directement le fichier par ce lien.
Bébé entre 22 et 26 semaines
Futurs parents - Parents - Grands-parents > Santé-Prématurité

Au Québec, chaque année, 220 bébés naissent entre 22 et 26 semaines de grossesse. En salle d’accouchement, on ne réanime habituellement pas les bébés naissant à 22 semaines car la survie est extrêmement rare. Environ 10% des bébés nés à 23 semaines quittent l’hôpital dans les bras de leurs parents tandis qu’entre 24 et 26 semaines, le taux de survie se situe entre 40% et 65%. Ces extrêmes prématurés requièrent évidemment des soins très spécialisés durant leur hospitalisation.

Des soins invasifs ou non


La Société canadienne de pédiatrie a rédigé des recommandations exposant les conduites à tenir lors d’une naissance entre 22 et 26 semaines de grossesse.


Avant 22 semaines, il n’y a aucune survie possible et une césarienne ne devrait jamais être effectuée sauf si l’état de santé de la mère l’exige.


À 22 semaines, le taux de survie est extrêmement faible et il n’est pas indiqué de faire une césarienne dans le but de réanimer le bébé. Elle doit être pratiquée uniquement pour le bien-être de la mère si celle-ci est en danger et doit accoucher rapidement. Le bébé est réanimé uniquement si les parents, une fois bien informés du taux de survie et des risques majeurs de séquelles, le demandent.


À 23 et 24 semaines, le taux de survie est très faible et la césarienne n’est que rarement recommandée si le bébé est en souffrance fœtale. Une césarienne à cet âge gestationnel requière un type d’incision qui peut avoir un impact négatif sur les grossesses suivantes, elle n’est donc habituellement effectuée seulement si l’état de santé de la mère d’exige. Le bébé est réanimé uniquement si les parents, une fois bien informés du taux de survie et des risques majeurs de séquelles, le demandent et si le bébé est vigoureux à la naissance.


À 25 et 26 semaines, le taux de survie se situe à plus de 50%. Une césarienne peut être pratiquée si le bébé est en danger durant le travail toutefois, les parents ont le droit de refuser cette option et de choisir plutôt pour un accouchement naturel. Les bébés nés vivants à 25 ou 26 semaines sont tous réanimés.      


Le poids


Le poids de Bébé varie selon son âge gestationnel. Il existe bien entendu des différences dues à une croissance ralentie du bébé in utero ou à une certaine variation présente aussi chez les bébés à terme.

 

À 22 semaines…


Bébé pèse en moyenne 515 grammes.


À 23 semaines…


Bébé pèse en moyenne 575 grammes.


À 24 semaines…


Bébé pèse en moyenne 680 grammes.


À 25 semaines…


Bébé pèse en moyenne 770 grammes.


À 26 semaines…


Bébé pèse en moyenne 900 grammes.


Les bébés à terme perdent jusqu’à 10% de leur poids dans les jours qui suivent leur naissance. Les bébés nés à 26 semaines ou moins de grossesse, quant à eux, perdent parfois plus de 15% de leur poids et cette perte peut s’échelonner sur plus d’une semaine. Quatre semaines sont ensuite nécessaires pour qu’ils reprennent leur poids de naissance. La prise de poids est souvent irrégulière et basée sur l’état de santé de Bébé. Certains jours, il perdra 20 grammes et à d’autres moments, il grossira de 15 grammes. Lorsque Bébé est stable, il grossit de 10 à 15 grammes par jour, par kilogramme. 

 

Des caractéristiques

 

Lorsqu’on le regarde, on remarque que Bébé a des caractéristiques qui le différencient vraiment du bébé à terme.


Le bébé qui naît avant 26 semaines de grossesse a une peau  rouge à la naissance, elle est très fragile et sensible. Ses veines sont apparentes et Bébé n’est pas du tout potelé comme un bébé à terme car il manque de cette graisse qui s’installe dans les derniers mois de la grossesse. Sa tête semble disproportionnée par rapport à son corps. Il est recouvert d’un fin duvet qu’on appelle le lanugo qui, in utéro, le gardait bien au chaud. Ce duvet tombe dans les semaines qui suivent sa naissance.  


Le cartilage de ses oreilles est encore très mou, ses oreilles plient donc facilement mais la forme de celles-ci n’en est pas affectée à long terme.


Les ongles sur ses doigts et ses orteils apparaissent vers la 28ième semaine, ceux-ci ne sont donc pas encore présents à la naissance de Bébé.


Vers 31 semaines, les sillons de la plante de ses pieds apparaissent alors qu’auparavant elle était lisse.


Bébé a un tonus mou, un positionnement est donc nécessaire pour lui permettre d’adopter une position en flexion.


Les paupières de Bébé sont fusionnées et s’ouvrent vers la 26ième  semaine. Lorsque ses paupières ne sont plus fusionnées, Bébé est trop immature pour avoir le réflexe de fermer ses yeux pour se protéger si une lumière vive est dirigée vers lui.


À 25 semaines, les structures auditives sont fonctionnelles.  Ce n’est toutefois que vers la 28ième semaine que Bébé commence à se tourner vers la source d’un bruit.


Ses périodes de veille sont assez courtes et il est très sensible aux stimulations auditives, visuelles ou tactiles. Il se désorganise très facilement, il est donc important de limiter les manipulations, les bruits et la lumière. Les soins développementaux proposent des approches humanisantes et diminuent les sources de stimulation pouvant générer du stress chez lui.


Il n’a pas encore le réflexe de succion. Vers la 28ième semaine, il peut commencer à téter une suce et il est évidemment bien trop immature pour boire au sein ou au biberon. Les récepteurs du goût et de l’olfaction sont toutefois déjà présents à ces âges gestationnels.   

   

Des besoins particuliers

 

Si la future maman est dans un hôpital où on ne dispense pas de soins néonatals, que l’accouchement semble inévitable et que son bébé est potentiellement viable, elle est  transférée dans un hôpital spécialisé où on prendra soin d’elle et de son bébé. Si Bébé naît avant le transfert et qu’il est viable, il est emmené rapidement dans un hôpital muni d’une unité néonatale. Les parents qui ne désirent pas que leur bébé ait des soins invasifs peuvent aussi demander à ce que la maman ne soit pas transférée et que le bébé soit mis dans leurs bras à sa naissance. Les bébés de 22, 23 et 24 semaines ne sont souvent pas transportés dans un centre spécialisé car leurs chances de survie sont très faibles.

 

De l’aide respiratoire


Les bébés nés à 26 semaines ou moins ont des poumons encore très petits avec un nombre d’alvéoles pulmonaires très restreint. Ils sont très instables à cause de leur immaturité et de la transition entre le ventre de Maman et le milieu extra-utérin. Si un traitement de corticostéroïdes a pu être administré à la maman avant l’accouchement, Bébé aura probablement moins de difficultés respiratoires ou à tout le moins durant une période plus courte.


Tous ces bébés ont besoin de l’aide d’un respirateur car ils ne peuvent respirer seuls et nécessitent une concentration en oxygène supplémentaire. Le bébé né à 23 semaines est intubé durant plusieurs mois et, habituellement, il a besoin d’oxygène supplémentaire durant au moins 125 jours. Le bébé né entre 24 et 26 semaines a besoin de l’aide d’un respirateur durant plusieurs semaines ou même plusieurs mois. Il reçoit de l’oxygène supplémentaire durant une période de 80 à 120 jours. Lorsqu’il est extubé, il reçoit de l’oxygène supplémentaire dans l’incubateur, dans un sac installé sur sa tête ou encore à l’aide de lunettes nasales car il a encore besoin d’une augmentation de concentration en oxygène. 


Tous les bébés nés entre 23 et 25 semaines ainsi qu’environ 75% des bébés de 26 semaines ont une dysplasie bronchopulmonaire, c’est-à-dire qu’ils reçoivent encore de l’oxygène à 36 semaines de gestation. Le surfactant, substance essentielle qui tapisse les poumons, est en quantité suffisante vers 34 ou 36 semaines. Il est donc normal pour Bébé de ne pouvoir respirer seul!


De la chaleur 


Bébé est installé dans un incubateur afin qu’il soit bien au chaud car sa réserve de graisse est très insuffisante pour maintenir une température adéquate sans utiliser trop de calories. Papa et Maman pourront toutefois prendre Bébé tout contre eux grâce à la méthode Kangourou lorsqu’il sera stable et en mesure de supporter une sortie de l’incubateur. Il sera mis dans un petit lit lorsqu’il pèsera 1 kilo 800 et pourra maintenir sa température.


Un monitoring


Bébé est placé sous monitoring car tous les bébés nés entre à 26 semaines ou moins ont des périodes d’apnées (des arrêts respiratoires de plus de dix secondes) et de bradycardies (des ralentissements du rythme cardiaque). Des médicaments pour stimuler sa respiration lui sont administrés. Au bout de quelques mois, Bébé aura une respiration régulière et n’aura plus besoin de monitoring.


Un soluté


Un soluté permet, durant les premières semaines qui suivent la naissance, d’assurer à Bébé une bonne hydratation et de lui administrer du glucose, des électrolytes (sodium, potassium, magnésium, etc.) et parfois des médicaments.


La jaunisse


La jaunisse est présente chez 50% des bébés à terme et chez tous les bébés de ces âges gestationnels. Bébé est placé sous des lampes de photothérapie afin de diminuer la bilirubine qui se trouve dans son sang. On doit parfois changer son sang afin de diminuer sa jaunisse, cette technique s’appelle « exsanguino ».  


L’anémie


Le bébé prématuré a souvent de l’anémie à cause d’une trop faible réserve de fer et des nombreux prélèvements effectués durant son hospitalisation. Bébé reçoit alors des suppléments et doit même avoir plusieurs transfusions sanguines pour traiter son anémie.

 

Les infections


Tous les bébés nés à ces âges gestationnels doivent être traités pour des infections à un moment ou à un autre durant leur hospitalisation. Ils reçoivent alors des antibiotiques durant une période variable.


Le canal artériel


Le canal artériel demeure ouvert, après la naissance, chez la plupart des bébés prématurés nés entre 23 et 26 semaines. En auscultant Bébé, le néonatalogiste détermine s’il a un souffle au cœur. Il  lui administre alors des médicaments qui permettent habituellement de fermer le canal artériel. Une chirurgie est nécessaire chez environ  25% des bébés.

 

L’entérocolite nécrosante


Une maladie des intestins touche de 10% à 20% des bébés de moins de 1 000 grammes. L’entérocolite nécrosante se manifeste par une inflammation des intestins et cause ultimement une nécrose. L’état de santé de Bébé se détériore alors et un arrêt de l’alimentation est nécessaire. L’administration d’antibiotiques suffise souvent pour traiter l’entérocolite nécrosante. Toutefois, dans les cas les plus sévères, la partie nécrosée des intestins doit être retirée. L’entérocolite nécrosante est une maladie très grave qui cause le décès dans 20% à 40% des cas.  

 

Les atteintes cérébrales


L’échographie cérébrale est un examen de routine effectué chez tous les bébés naissant à 32 semaines ou moins de grossesse. Une première échographie est réalisée moins d’une semaine après la naissance. Des échographies subséquentes permettront de s’assurer de l’absence d’une hémorragie cérébrale et de leucomalacie ou encore de l’évolution de celles-ci. Plus de 60% des bébés nés à 26 semaines ou moins subissent une hémorragie cérébrale et les dernières études démontrent que la majorité ont de la leucomalacie.    

 

La rétinopathie


L’examen effectué par un ophtalmologiste avant la 33ième semaine de gestation vise à s’assurer du bon développement de la rétine. La rétinopathie, développement anormal des vaisseaux sanguins de la rétine, est présente chez 20% à 80% des bébés nés entre 23 et 26 semaines. Les bébés les plus immatures sont plus à risques de souffrir de rétinopathie. La plupart de ces enfants souffrent toutefois d’une atteinte relativement légère qui n’aura qu’une incidence modérée sur leur capacité visuelle future. Toutefois, 15% d’entre eux présentent une atteinte sévère qui doit être traitée par cryothérapie. Certains enfants deviennent aveugles suite à une rétinopathie. Les enfants nés entre 23 et 26 semaines sont suivis durant plusieurs années en ophtalmologie.    


L’hospitalisation


Bébé séjourne aux soins intensifs plusieurs mois et il est ensuite placé en observation aux soins intermédiaires pour s’assurer de sa stabilité. Il arrive que le bébé né entre 23 et 26 semaines soit transféré à l’hôpital le plus près de chez lui au bout de quelques mois toutefois, il demeure souvent dans le centre hospitalier spécialisé jusqu’à son retour à la maison à cause de ses besoins particuliers.


Grandir en santé

 

Comme Bébé a besoin d’aide pour respirer, qu’il se fatigue vite et n’a pas encore une succion efficace et bien coordonnée, il doit recevoir des gavages durant quelques mois. Tous les hôpitaux n’emploient pas les mêmes critères pour débuter l’alimentation au sein alternée avec le gavage. Dans certains centres hospitaliers, si Bébé est stable, il peut boire au sein dès la 32ième semaine. Dans d’autres, Bébé doit peser 1kilo 600. Cela n’empêche pas Maman d’extraire quelques gouttes de lait de son sein que Bébé peut lécher lorsqu’il est pris en Kangourou. Cette naissance prématurée ne devrait pas remettre en cause l’allaitement. Bébé pourra très bien être allaité et boire au biberon ne changera rien à cet état de fait. L’apprentissage au biberon ne doit donc pas être un pré-requis à l’apprentissage au sein. Il a été prouvé que boire au sein n’est pas plus difficile pour Bébé que boire au biberon. Le plus important est d’être patient et de respecter le rythme de Bébé. Demandez à une infirmière d’être présente lors des premières périodes d’allaitement afin qu’elle vous donne des conseils sur les positions à adopter. Elle vérifiera aussi si Bébé prend adéquatement le sein et vous donnera des petits trucs vous permettant de vous assurer qu’il boit bien. En offrant le sein régulièrement, Bébé pourra boire la quantité de lait nécessaire pour grandir en santé.

 

Habituellement, Bébé doit être stable et peser 1 kilo 600 avant de commencer à boire au biberon. Il est nourri toutes les trois heures en augmentant régulièrement la quantité de lait. Lors des premiers boires, une infirmière pourra vous donner quelques conseils judicieux. Prenez note du type de lait employé à l’hôpital afin d’utiliser le même une fois de retour à la maison. Le lait maternisé est offert sous différentes formes. Le lait en poudre est plus économique et vous permettra de préparer à tous les jours la quantité désirée.  

 

Si Bébé régurgite souvent, il est possible qu’il souffre de reflux gastro-oesophagien. Habituellement, celui-ci est diagnostiqué avant la sortie de l’hôpital et des médicaments permettant de diminuer la production d’acidité dans l’estomac et d’accélérer le processus de digestion lui sont administrés pour une période variable.


Si lors des boires Bébé s’endort, déshabillez-le un peu afin qu’il se réveille doucement. Le bébé né entre 23 et 26 semaines de grossesse part à la maison après quatorze à vingt semaines d’hospitalisation. L’extrême prématuré demeure parfois hospitalisé durant plus de six mois à cause de problèmes respiratoires principalement. À sa sortie de l’hôpital, il est éveillé de deux à trois heures par jour et démontre de l’intérêt pour son environnement. Vous pouvez entrer en relation avec lui en le massant, lui parlant ou en recherchant son regard. 

 

Plusieurs hôpitaux offrent aux mamans de bébés prématurés d’occuper une chambre d’accommodation durant quelques jours ou quelques semaines afin qu’elles puissent demeurer près de leur tout-petit et faciliter ainsi, dans plusieurs cas, l’allaitement. Renseignez-vous auprès de la personne responsable de l’aide à la clientèle de l’hôpital où est hospitalisé votre bébé.

 

À long terme   

 

Les risques de séquelles sont très importants à ces âges gestationnels. L’enfant qui a présenté une hémorragie cérébrale majeure, de la leucomalacie, une dysplasie bronchopulmonaire ou une entérocolite nécrosante par exemple a plus souvent des séquelles toutefois, l’extrême prématurité en soi est un facteur de risque suffisant pour causer des problèmes à long terme.   


Comme un bébé sur quatre a encore besoin d’oxygène à l’âge de six mois, il n’est pas rare qu’un bébé né à ces âges gestationnels quitte l’hôpital avec de l’oxygène. Un grand nombre d’enfants sont par ailleurs réhospitalisés, surtout durant leurs deux premières années, pour des infections respiratoires. Les prématurés ayant eu une dysplasie bronchopulmonaire sont aussi à risque de développer de l’asthme à long terme. Ils doivent être vaccinés contre la bronchiolite durant leur première année puis recevoir, annuellement, le vaccin contre la grippe. 

 

Il arrive qu’un bébé quitte l’hôpital avec du gavage. Lorsque cela survient, il est vu régulièrement par un spécialiste afin qu’assez rapidement Bébé soit allaité ou boive au biberon.

 

Il faut toujours tenir compte des semaines que Bébé n’a pas passées dans le ventre de Maman lorsqu’on évalue son développement. Il est primordial d’utiliser l’âge corrigé jusqu'à l’âge de deux ans. Bien des enfants nés entre 23 et 26 semaines n’auront toutefois pas le développement d’un enfant à terme à cet âge. Dans les faits, un enfant sur deux a un handicap déjà diagnostiqué à l’âge de deux ans. Les enfants nés à 26 semaines ou moins doivent avoir, durant plusieurs années, un suivi médical et développemental intensif. Si plusieurs ayant un développement normal à 2 ans continuent à se développer harmonieusement, un très grand nombre de ceux-ci auront tout de même des séquelles de leur prématurité.  


Presque tous les enfants nés à 23 et 26 semaines ont des troubles d’apprentissage. Il est donc d’autant plus important d’offrir à l’enfant d’âge préscolaire des activités variées de motricité globale, de motricité fine et de langage. Un enfant qui démontre certains retards ou problèmes particuliers devrait être vu en physiothérapie, en ergothérapie ou en orthophonie selon les difficultés qu’il rencontre. Il est parfois recommandé de retarder d’un an l’entrée scolaire d’un enfant, né durant l’été ou en septembre, qui n’a pas de handicap mais qui démontre une certaine immaturité. 

 

Plus de 25% des enfants nés entre 23 et 26 semaines souffrent de paralysie cérébrale. Des études démontrent par ailleurs que les bébés pesant 600 grammes ou moins ont presque tous la paralysie cérébrale en plus de souffrir parfois de handicaps neuro-sensoriels et cognitifs. Le tonus élevé de ces enfants a un impact important sur toutes les activités de leur vie quotidienne. Le quotient intellectuel des extrêmes prématurés est aussi généralement inférieur aux enfants nés à terme et environ 20% ont un diagnostic de déficience intellectuelle. Environ 5% reçoivent un diagnostic de surdité sévère. Des pertes auditives moins importantes sont aussi présentes chez un certain nombre d’enfants. Moins de 5% des enfants de ces âges gestationnels sont aveugles suite à une rétinopathie toutefois environ 25% ont un strabisme ou portent des lunettes pour corriger une myopie. À long terme, ils ont presque toujours une taille, un poids et un périmètre crânien plus petits que ceux des enfants nés à terme.


Les études démontrent aussi que les prématurés peuvent avoir d’autres séquelles comme de l’autisme, des troubles du sommeil ou de la constipation par exemple.  

 

Un extrême prématuré doit être suivi tout au long de son développement et recevoir des services de réadaptation dès les premiers signes de retard. Les journaux scientifiques publient de plus en plus d’articles très étoffés concernant les prématurés, n’hésitez pas à demander de l’information au néonatalogiste ou au pédiatre qui suit votre enfant.

 

Gaëlle Trébaol.

 
2005-03-22

Notez cet article :
 

Copyright © 2014 Familles d'Aujourd'hui, Tous droits réservés. Pour nous joindre - Politiques de confidentialité